Trunyan village – cimetière, arbre magique et arak

Il existe à Bali ces villages que l’on appelle Bali Aga. Je vous avais déjà parlé de Penglipuran dans cet article, avec sa particularité concernant la polygamie au sein du village. J’ai aussi fait une vidéo sur Tenganan, près de chez moi, que vous pouvez retrouver sur Facebook. Les villages Bali Aga, c’est, je vous le rappelle, des villages avec un hindouisme un peu différent, des rites différents, des règles internes différentes, des architectures différentes, etc… Enfin, vous l’aurez compris! Ils sont différents! Ce sont des villages qui ont refusé le pouvoir extérieur à Bali et qui ont vécu avec leur propre vie dans des endroits reculés de Bali. Et encore actuellement.

Le village de Trunyan, qui est donc un de ces fameux villages, cela faisait longtemps que je voulais m’y rendre, mais l’occasion ne s’était jamais présentée. Jusqu’à ce que je m’y rende avec Jason, en vacances à Bali et que, ensemble, on vive un de ces folles journées qui fait qu’on adore Bali.

La route déjà… Trunyan, c’est un village atypique puisqu’il est situé sur les rives du lac Batur. Au pied du volcan Mt Abang avec le Mt Batur en face, séparé par le lac donc. Pour se rendre à Trunyan, on se rend donc dans la région de Kintamani, district de Bangli, puis on descend jusqu’au lac et on va jusqu’au bout de la route (rive opposée aux sources naturelles).

C’est la particularité des villages Bali Aga, puisqu’ils se situent dans des endroits où l’accès ne se fait que dans un sens. Après Trunyan, il n’y a plus de route. Donc pas d’issues…

Le villages se situe au bord du lac en partie, et puis dans la montagne pour l’autre partie. Le panorma est magnifique. Les gens sont accueillants, malgrès les regards curieux. On est ici, dans un endroit touristique, mais pas « super » fréquenté.

18493057_10212793179562337_850529004_o 18516563_10212793180042349_137085400_o IMG_1645

Mais qu’est-ce qu’on vient voir ici?

On vient visiter un cimetière ! « Berk », « c’est dég. », « mais pourquoi? », « c’est un peu bizarre quand même non? »… ce sont peut-être vos réactions maintenant non?

Alors oui, pour nous, les gens « d’ailleurs », la mort c’est tabou, et puis c’est triste, et puis c’est noir, et puis c’est injuste, etc… Et à Bali aussi. Mais à Bali, la mort, c’est la possibilité pour le défunt d’accéder à la réincarnation, à un autre monde, etc.. Donc la mort ici, oui c’est triste, oui on perd des êtres chers et nous on reste, mais la mort, c’est l’occasion pour la famille de tout faire pour que le défunt parte correctement et accède à cet autre état.

C’est donc une tâche, une mission, et une continuité de la vie. 

A Trunyan aussi, mais ce qui diffère ici, c’est la manière dont on s’occupe des morts. Ceux-ci sont placés sur un autel en hauteur, comme ailleurs à Bali, accompagné d’offrandes, MAIS c’est en bateau qu’on transporte le corps, puisque le cimetière se situe à 10minutes de rames plus loin.
Et la particularité, c’est que les morts ne sont pas brûlés, ici pas de crémation. On n’enterre pas les morts non plus d’ailleurs. On les dépose simplement sur le sol, avec tous les objets qu’ils auront besoin dans cette autre vie vers laquelle ils se dirigent, des offrandes, de l’argent, des habits, etc… et puis, on entoure le corps d’une cage en bambou, par protection et on le laisse là, se décomposer. Retour à la nature… à la poussière.

Enfin presque puisque une fois la chaire complètement décomposée, on placera le crâne sur une sorte d’autel, avec ceux qui sont passé par la précédemment, et le reste est dispersé autour du site.

Ce qui rend ce rituel si particulier, c’est que le cimetière est abrité du soleil par un immense arbre, le Taru Menyan « l’arbre qui sent ». ET ce n’est pas seulement du soleil que cet arbre protège l’endroit. Mais de l’odeur. Il ne sent rien dans le cimetière malgré les 11 corps à différents stades de « disparition ». Rien du tout. Et c’est grâce à cet arbre que l’on ne trouve nul part ailleurs dans le monde!

Dans ce cimetière, on ne trouve que les défunts qui étaient mariés. Synonyme d’une vie « complète », accès au statut d’adulte et actif dans l’organisation du village. Pour les autres, et pour ceux qui sont victimes d’un accident, c’est un enterrement simple dans un cimetière au village. Pour les enfants aussi.

Fin de la visite avec la visite du village qui est au bord du bord de l’eau. Dessous en fait au moment de la visite puisqu’avec les importantes pluies une partie du village est inondé. C’est assez commun me dit-on.. je n’en doute pas. IMG_1608 IMG_1610 IMG_1612 IMG_1614 IMG_1615 IMG_1618 IMG_1619 IMG_1621 IMG_1622 IMG_1623 IMG_1624 IMG_1626 IMG_1628 IMG_1635
18472658_10212793179962347_766204101_o.jpg

Et puis comme il m’arrive toujours des chouettes histoires (j’en ai des tonnes) ou que j’ai une bonne étoile, ou que je suis « au bon moment au bon endroit », ou parce que j’ai une tête sympa, ou parce que je parle indonésien, OU alors tout cela mélangé… On a passé le reste de la journée à boire de l’Arak et à se raconter nos vies!

Et peu importe ce qu’on vous racontera sur les gens de Trunyan… ils sont comme toi et moi! Si t’es sympa, ils seront sympas! Si t’es arrogant, ils ne seront certainement pas mieux.

Parce que dans les autres infos, repêchées d’internet celles-ci, les gens de Trunyan, ce sont les VRAIS balinais. On savait que les Bali Aga sont des balinais « pure souche », mais les gens de Trunyan, c’est encore différent. Ce sont les balinais « de la montagne ». Ils ont un système d’organisation différent, deux banjars, des castes au sein du village, ils célèbrent une des plus vieille religion pre-hindouisme à Bali, Agama Bayu, qui privilégie le vent et les étoiles. Ils ont un dieu relatif au volcan batur, dont une statue, inaccessible pour nous non-Trunyan, qu’ils ne sortent que une fois par année, etc… On a retrouver des traces du village qui daterait d’avant le 10ème siècle.

Ils vivent de la pêche, de l’agriculture, mais cela ne suffit plus. Alors la plupart des hommes s’en vont « en ville » pour travailler. Et ils reviennent lors de cérémonies, comme c’est le cas au moment de notre visite. Une cérémonie et tout le monde rentre au village. C’est la fête.
Ils ont aussi une étrange coutume, qui oblige les jeunes à aller quémander ailleurs dans Bali. Agus m’en avait déjà parlé de « ces balinais des montagnes qui venaient demander de l’argent et qui faisaient peur », quand il était petit. Je ne sais pas si c’est encore d’actualité.

Ce sont donc des habitants « anciens ». Et parfois, leur réputation n’est pas bien belle… ce sont un peu des sauvages qui rackettent les touristes.. C’est ce que j’ai entendu de la bouche de balinais..

Mais, comme je l’ai dit plus haut, ce sont des balinais comme tous les autres aussi. Ils sont fiers de Bali, n’aiment pas ce qui se passe en politique actuellement (…), font des combats de coqs, ont un sens de l’hospitalité qui ferait rougir ta mémé, et ne boive jamais d’arak sans manger quelque chose!

IMG_1655 IMG_1660 IMG_1656  IMG_1666 IMG_1670 18493276_10212793180162352_1256920393_o IMG_1671 IMG_1673

Santé!

Auteur : whynotcoconutbali

27ans (et toutes mes dents!), la vie sous les palmiers dans l'Est de Bali!

2 commentaires

  1. Intriguée par cet arbre, j’ai cherché plus de photos sur le net. Ça serait donc un banyan de plus de 1000 ans qui ne pousserait qu’à Bali?
    Le fait qu’il puisse couvrir l’odeur des morts en décomposition est étonnant

    J'aime

    1. Hé bien je ne sais pas trop… ce serait un arbre unique effectivement… en tout cas, aucunes odeurs, rien, nada … des mouches oui par contre… ; ) Il y a quand même des choses extraordinaires dans la nature..!

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s